Jardin

Comment les fourmis boivent ?

Les fourmis sont des insectes. Elles vivent en colonie et se distingue chacun par leur classe sociale. Les fourmis sont réparties en plus de 14 000 espèces. Chaque groupe de fournis adopte un comportement social spécifique, ainsi qu’un régime alimentaire approprié. Voici un article qui vous dit tout au sujet de ces insectes.

Le comportement alimentaire des fourmis.

Les fourmis sont des omnivores. Elles se nourrissent de tout. Leur alimentation est constituée des organismes et micro-organismes vivants ou morts. Elle consomme surtout le miellat et d’autres liquides dans la nature.

A lire également : Entretien laurier rose en pot : astuces et conseils pour une floraison optimale

  • Aliment solide :

L’alimentation des fourmis varie selon l’espèce. Ces minuscules insectes sont capables de transporter une proie 10 fois plus grosse que leurs tailles. Les ouvrières peuvent se regrouper pour trainer leurs aliments dans la fourmilière. Les fourmis travaillent sans repos pour stocker leurs aliments. En hivers, elles s’abritent dans leurs nids pour consommer leurs réserves.

A découvrir également : Comment faire un jardin potager bio ?

Les fourmis ouvrières, qui sont chargées de faire le ravitaillement ont une particularité. Elles procèdent deux estomacs : un grand estomac communautaire, qui lui permet de stocker les aliments pris dans la nature, sous forme liquide et un petit qui lui est individuel.

Donc pour assimiler et digérer leurs repas les fourmis les transforment en liquide.  Lorsque cette classe ouvrière retourne dans la fourmilière, elle nourrit d’autres ouvrières, les larves et la reine.

  • Les aliments liquides :

Les fourmis consomment les aliments liquides (eau, nectar, miellat, le suc, la confiture…) sur place. C’est pourquoi elles s’attroupent. Sinon elles déplaceront leurs repas vers leurs nids.

Le miellat que boivent les fourmis est produit par les pucerons, les cornichons et la plupart des insectes parasites.

Les fourmis se désinfectent leurs tubes digestifs. En effet, ces minuscules insectes produisent un poison acide, qu’elles boivent, pour détruire les bactéries et microbes qui se développent dans leurs jabots.

Le tube digestif des fourmis est composé de :

  • Œsophage
  • Jabot social
  • Gésier
  • D’estomac
  • Et de rectum.

Le jabot social est l’organe le plus bénéfique pour la colonie. La fourmi ravitailleuse se nourrit de son stock liquide, aux besoins. Mais en priorité, elle nourrit les autres, par un système de bouche-à-bouche, appelé : la trophallaxie.

Les aliments néfastes pour la vie des fourmis.

Bien que les fourmis soient omnivores, elles ont des limites alimentaires.

Les acidités : les fourmis secrètent leurs propres acides liquides pour se protéger. Mais elles ne s’approchent jamais des aliments au goût acidulé, comme le citron par exemple.

Le sel : les fourmis adorent le sucre. Mais si vous leur donnez un cocktail de sucre et de sel, elle sera certes attirée par le plus doux. Néanmoins, le sel peut paralyser les insectes.

Le processus de digestion chez les fourmis

Le processus de digestion chez les fourmis est un véritable chef-d’œuvre de la nature. Bien que ces petites créatures ne possèdent pas d’estomac, elles ont développé des mécanismes pour tirer le meilleur parti de leur nourriture.

Lorsqu’une fourmi ingère de la nourriture par sa bouche, ses mandibules puissantes lui permettent de broyer les morceaux solides en une pâte molle. Cette pâte est ensuite mélangée à des enzymes spécifiques sécrétées par des glandes situées dans son tractus digestif.

Les enzymes jouent un rôle essentiel dans le processus digestif. Elles sont responsables de décomposer les macromolécules présentes dans la nourriture en composés plus simples et assimilables par l’organisme de la fourmi. Ces molécules peuvent être des protéines, des glucides ou encore des lipides.

Une fois que les aliments ont été digérés et convertis en substances absorbables, ils passent à travers l’intestin grêle où a lieu l’absorption finale. Les nutriments ainsi absorbés sont alors transportés vers divers tissus et organes spécialisés pour être utilisés comme source d’énergie ou pour remplir d’autres fonctions nécessaires au bon fonctionnement du corps de la fourmi.

Il faut souligner qu’il existe certains types d’aliments qui tendent à nuire à la santé globale des fourmis. Parmi ceux-ci figurent notamment les insecticides chimiques ou tout autre produit contenant des toxines néfastes pour ces petites créatures. Si elles entrent en contact avec ces substances lorsqu’elles recherchent activement leur nourriture, cela peut entraîner des conséquences graves pour leur bien-être et même pour la survie de la colonie.

Le processus de digestion chez les fourmis est un véritable exemple d’adaptation évolutive. Ces petites créatures ont développé des mécanismes sophistiqués pour tirer parti de chaque morceau de nourriture qu’elles ingèrent. Il faut prendre des précautions appropriées afin de protéger ces petits êtres qui jouent un rôle crucial dans notre écosystème.

Les adaptations physiologiques des fourmis pour boire

Lorsqu’il s’agit de se désaltérer, les fourmis ont développé des adaptations physiologiques remarquables. Malgré leur petite taille, ces insectes sont capables de trouver de l’eau et de la consommer efficacement.

Il faut noter que les fourmis ne boivent pas comme nous. Elles n’ont pas une bouche conçue pour aspirer ou sucer l’eau. Au lieu de cela, elles utilisent un processus appelé ‘l’éponge hydraulique‘.

Lorsque les fourmis trouvent une source d’eau liquide telle qu’une gouttelette ou une flaque, elles plongent leur abdomen dedans. L’abdomen agit alors comme une éponge absorbant l’eau par capillarité grâce à des poils spécialisés présents sur sa surface.

Une fois que l’abdomen est saturé d’eau, la fourmi retourne au nid où elle libère cette précieuse ressource en pressant son abdomen contre le substrat du nid ou en léchant ses propres pattes.